Doit-on exclure de l’école les enfants qui ont des poux?

Il a été démontré que cette mesure entraîne l’exclusion d’un trop grand nombre d’enfants; le diagnostic d’infestation par des poux de tête est souvent trop rapidement posé! De plus, en cas de présence avérée de poux, ces derniers sont généralement là depuis déjà des semaines, voire des mois. Par ailleurs, une exclusion peut stigmatiser les enfants, ne calme absolument pas la situation et ne repose probablement sur aucun fondement juridique. Les absences à cause de poux peuvent rapidement s’accumuler – ce qui est disproportionné par rapport au problème, certes gênant, mais inoffensif, que représentent les poux.

Les enfants concernés ne doivent donc pas être renvoyés chez eux. De meilleurs résultats sont obtenus en informant de façon exhaustive les parents et le corps enseignant et en effectuant des contrôles réguliers. Les services médicaux scolaires sont compétents pour les questions à ce sujet. La réponse à ce problème varie entre les cantons et d’une école à l’autre.